Les réseaux mobiles analogiques 1G auraient-ils pu devenir grand public?

Bonjour tout le monde :slight_smile:

Imaginons que le développement des réseaux mobiles numérique 2G soit resté une impasse technologique jusqu’au milieu des années 2000.

Les réseaux analogues 1G (AMPS aux USA, NMT en Europe du Nord, Radiocom 2000 et NMTF en France, etc…) auraient-ils pu se développer au maximum de leurs possibilités, et desservir autant d’abonnés qu’il y en avait au milieu des années 2000? Aurait-il été possible de faire un téléphone 1G analogique abordable pour le grand public?

Aurait-on pu fabriquer un « Smartphone » 1G, avec un Minitel incorporé?

Dans cette vidéo YouTube consacrée au système AMPS qui a existé aux USA, il est expliqué que pour desservir plus d’abonnés, il est possible de diviser les grandes cellules couvrant une superficie importante en plusieurs petites cellules couvrant chacune une superficie moins grande.

Cependant, est-ce qu’il y avait une limite, qui à terme rendait impossible l’extension du réseau pour de nouveaux utilisateurs?

Merci pour vos messages précédents. :slight_smile:

Minitelement,

Apollo12 :slight_smile:

L’IBM Simon était sorti en 92, et tournait sur les réseaux AMPS.
La limite d’extension d’un réseau radio analogique est l’absence de multiplexage, limitant les abonnés (60000 au max de radiocom)

Bonjour fdemeyer, merci pour ta réponse :slight_smile:

Je connais l’IBM Simon, c’est vrai que c’est l’ancêtre des smartphones, mais il ne faisait pas Minitel.

60000 au pic pour Radiocom 2000, mais le prix était très limitant, et le GSM est arrivé ensuite. On ne pouvait pas faire comme pour AMPS : Augmenter le nombre d’emetteurs en réduisant leur puissance?

600000, même pas 1% de la population française aujourd’hui. Aux USA, il me semble que dans les années 90, il y avait déjà plus de téléphones portables, je me trompe?

Minitelement,

Apollo12 :slight_smile:

C’est le multiplexage qui permet le passage à l’échelle sur des plages de fréquences réduites.

Densifier les cellules permet de gagner un peu, mais trouve vite sa limite.

Le passage au numérique permet les montées en débit, et donc un multiplexage de plus en plus important sans étendre les plages de fréquences… sans même parler des gains par compression que le numérique permet bien au delà de l’analogique. Tout cela vaut aussi pour la TNT vs TV analogique.

Je ne pense pas qu’un réseau cellulaire analogique aurait pu devenir grand public pour ces raisons. La capacité du réseau étant rare, elle était du coup chère à l’usage… et le matériel était cher lui aussi car sans marché de masse pour tirer les coûts vers le bas.

1 « J'aime »

Merci beaucoup pour ta réponse :slight_smile:

Mais les téléphones portables numériques étaient techniquement plus complexes que les modèles analogiques, non?

Minitelement,

Apollo12 :slight_smile: